A dream come true Chapter 4

One day I was again dressed only in a T-shirt and diapers as the bell rang again. Laura immediately came charging into the room, throwing a pair of jeans to me telling to pull them over my diapers.

“I completely forgot that Isabelle told me they were passing by to say hello before they went to the Johnson’s for lunch.”

I had barely the time to put on the trousers before they came in. At first I felt uneasy but before long had forgotten all about the diapers. Tom, Isabelle’s husband, had started one of his boring explanations on his latest fad, I guess it was the stock exchange. I was listening with half an ear when suddenly I felt I was being watched. Turning around I saw Laura and Isabelle giggling as they were watching me.

“Talking about me?”, I asked testily.

“Yes, we were wondering how long you were going to endure my boring husband today.”

I felt relieved and answered it was actually quiet interesting. The women joined us and we chatted for a while until their two boys, Marc and Oliver, 3 and 6 years old, wanted to go outside to play and my wife Laura and Tom accompanied them in the garden. I stayed inside with Isabelle to watch over Lucy, their 6-month-old baby-girl.

Soon it was time for them to go on but before leaving Isabelle decided to change Lucy´s diapers. I became very conscious of my own diapers but at the same time couldn’t take my eyes off the little girl being changed. Suddenly Isabelle looked up.

“Hasn’t been that long since you last changed wet diapers, has it?”

I was completely taken aback and blushing heavily started mumbling that indeed it hadn’t when I suddenly recovered. Still blushing I protested

“What do you mean? It’s been years”.

“No, Laura told me that last, when the two of you were babysitting for Marc and Oliver you put on Oliver’s diapers. That’s less than a month ago.”

Relieved I smiled and affirmed that that was true. I felt rather silly about my strong reaction and added that I had completely forgotten about that. Isabelle gave me a strange look but smiling finished fastening Lucie’s diapers.

A few moments later they took leave and I helped them carrying the kids and all the baby stuff to the car. Of course Tom had to show me some new gadget in his car. As I was leaning into the car to watch, Isabelle came up behind me and tapped me on the bottom.

“Putting on some weight, aren’t you?”

Turning around brusquely I hurt my head. Once more I blushed and stammered.

“No, not at all. I actually, eum, …, well maybe I did. I don’t know. Do you think I did?

Isabelle started laughing

“Oh did I hurt your feelings? Don’t worry you have still a long way to go to catch up with Tom.”

She kissed me good-buy and they were off, leaving me standing in the street wondering if those different remarks were just coincidences. I wanted to ask Laura if she had told something to Isabelle but thinking it over decided I would just be making a fool of my self.

A couple of weeks later Laura told me that Isabelle had asked us to take care of Lucy for a day. Tom was taking the two boys to some amusement park and she wanted to take the opportunity to have the day all to herself and to do some shopping. Since it was a splendid spring-day I didn’t have any objections since it would be a great opportunity to spend lazily in the garden with the whole family. Our son Anthony did some homework, Laura and our daughter Carol played with Lucy, while I was reading. Since both our children had some arrangements with friends for the afternoon we had an early lunch. When they had left, Laura prepared a minced vegetable and meat lunch for Lucy. After feeding her a couple of spoons she asked me to take over. I was soon quiet absorbed by this. In the beginning the girl seemed to enjoy the food but after a while the feeding got very slow with the baby all the time turning her head away.

When Laura came back I suggested that Lucy didn’t seem to have any hunger anymore. To which Laura replied that that didn’t surprise her since she had prepared too much, thinking that her other baby might want some too. And before I had time to realise what she meant she was fastening a bib around my neck. Enjoying being spoon-fed what was left of Lucie’s lunch I wondered excitedly what would follow. I wasn’t disappointed since immediately after finishing the plate Laura took off my pants and diapered me before leading us upstairs to take a nap. We were installed one next to the other in the double bed in the master bedroom each with a pacifier. Soon Lucy and I were soundly asleep both happily sucking on our pacifiers.

I don’t know how long we slept but I only woke up when Laura had entered the room.

“How are my little darlings doing? We don’t want to spend this splendid day in bed, do we?”

Lifting Lucy out of bed she smelled a messy diaper.

“Oh my little darling has done a big poopoo. Let’s take care of that, let me make my poor baby all clean again”.

And then addressing me she added

“I hope you didn’t wet your diapers, did you?”

I hadn’t, but felt discriminated. If she was treating us equally as babies why didn’t I have the right to use my diapers? But I simply answered that I hadn’t, however adding that I would have to go to the bathroom soon. Laura told me I would have to hold on a little more since she couldn’t take care of two babies at the same time. I went downstairs and installed me in the sun with a book. When Laura, carrying July, came into the garden she took off my glasses and told us to play while she prepared an afternoon snack. I protested that I had to go to the bathroom but Laura, turning around, answered that that could wait. Knowing that it would cause some scolding I decided to wet my diapers anyway. As always the wetness spreading into the diapers felt wonderful. This was certainly worth a scolding. Sitting on my wet, warm diapers, playing with Lucy’s toys felt like heaven.

Laura served us the strangest snack ever, explaining that Isabelle had told her it was Lucie’s favourite. It consisted of a plate of yoghurt mixed with blackberry jam poured over a slice of bread. After she had cut the bread in a couple of pieces with a spoon Laura told us to eat the whole mesh with our fingers. Needless to say our hands, faces and bibs were soon all stained with the black jam. At that moment the bell rang. Laura seemed surprised. On my anxious question if this could be Isabelle she reassured me that she expected Isabelle to come back only much later.

As she left to answer the door I was not taking no chances. I rushed to the living room where luckily I found my trousers, which I hastily pulled over my wet diapers. Rushing back to the kitchen I tried to take off the bib but in my haste of course I got it all knotted up. I was still desperately trying to get it off when Isabelle entered the room and immediately started laughing.

“Gosh Michael! I can’t believe it. Don’t you feel silly?”

In the mean time she had taken her daughter in her arms and kissed her warmly. I was kind of paralysed giving furious looks at Laura who was looking at me with a mocking smile on her face. Without realizing it I was still fumbling with the bib. Isabelle noticing this passed Lucy to Laura and came over to me.

“Come let me help you. Aren’t both of them looking real cute with their faces all blue?”

Taking of my bib, she led me to the sink to wash my face.

Until then I had completely forgotten about my face but now I suddenly remembered my wet diapers too. I immediately tried to get away but it was too late. Tapping on my bottom Isabelle started laughing again, and turning to Laura said: “So it is true? Can’t wait to see it”.  And before I could react she had opened my trousers and pulled them down.

Next chapter: https://clairodon.wordpress.com/2010/05/07/a-dream-come-true-5/

A dream come true 3

From then on I was regularly diapered and treated as a baby by my wife Laura. Of course I was very happy to have achieved my objective but at the same time worried that I was getting more pleasure out of it than Laura. Little by little however I realised that I didn’t need to worry about getting more pleasure out of the situation than she. Laura too was getting her fair share. She especially developed a taste for humiliating me which became a turn-on for both of us.

She became quiet creative at it. For instance she would make me completely dependent by binding my hands behind my back. If I complained that I was bored she would put me before the television and put some children’s video on. On other occasions she bandaged my fingers together leaving only the thumbs free and told me to eat some porridge using a large wooden spoon. If I refused to participate she would threaten to tell everything to Isabelle or some other friends or show them the large collection of compromising photos which she had taken in the mean time. Of course I wasn’t allowed to use the bathroom on those occasions which usually resulted in me wetting my diapers. Every time she would get mad, asking me how I could be such a baby, and after liberating me, tell me to get the filthy diapers off and go wash myself. Sometimes she made me keep the wet diapers on until I really pleaded to be allowed to change. Since we didn’t have many occasions to indulge in those pleasures and they never lasted very long I didn’t mind, on the contrary.

But then she started to humiliate me in public. The first time was horrible. I was sitting in the living-room dressed only in diapers and a T-shirt. We had planned some baby treatment but hadn’t really put our heart in it. I was just thinking of joining Laura upstairs and tell her to stop the game for that day when the bell rang.  I froze, waiting for Laura to answer the door, realising that if anybody would come in I had no place to hide. After a few seconds the door bell rang a second time. This time I heard Laura coming down the stairs and opening the door but couldn’t hear what was being said. I got up to approach the door between the living and the hall to listen when the door swung open and Laura, only dressed in a bath-robe, put her head inside.

“Darling, could you show the plumber where he can find the leak under the sink?”

Before I could react the plumber entered the room and I heard Laura going up the stairs again. Turning all red, looking at the surprised face of the plumber, I mumbled something about a recent operation I had undergone when the man interrupted me.

“Don’t you worry. My younger brother has been wetting his bed all his life. I know all about it. Used to be damned ashamed about it. But by the way, where is that other leak?”

He seemed to like his own joke quiet a lot since he laughed very hard. Smiling meekly I told him to follow me.

“You know my brother never wanted to wear diapers, damn nuisance. Now he is married and I’m sure she diapers him all right. Probably likes it to. Oh, I didn’t mean anything. But there are some real nutcases around. You can’t imagine all the things I see. Some time ago I have to go to some apartment and a beautiful broad opens the door, I would say some 30 years old. She is dressed in some kind of nursing uniform I  follow her and suddenly find myself face to face with a man, no a boy, 17 or maybe 18 years old I would say. He is crawling around, dressed as a baby, with a pacifier in his mouth, and from the smell, and you can’t teach me anything about smells, it was clear his diapers weren’t just filled with piss. The broad must have noticed it too, because she starts making a fuss about him being a filthy boy. But then she shows me the work in the bathroom next door. I had to fetch some tools and when I come back the boy is washing himself. I didn’t know what to say, and that’s unusual because normally I’m in no loss for some easy chat, but what would you expect in those circumstances? Any way, after a few minutes he’s gone. When I’ve finished my job I go looking for the broad and find both of them together. He is sitting on her lap, sucking on her breast, she has one hand in his diapers and the other in her own panties, and it’s clear they are both coming real hard, she all the while moaning, “That’s my baby, that’s my baby”. Never seen anything like it. Real nutcases.”

At that moment he suddenly interrupted his work, and looked up at me, as if suddenly something had passed his mind.

“Oh, I don’t mind you know. Everybody his pleasure I always say.”

I again started to fumble about my operation when Laura entered the kitchen.

“Darling you better pull this over your diapers.”

And she hands me a pair of boxer shorts she had bought me once as a joke: pink with all kinds of coloured animals on them.

When he was gone I was first very mad at Laura but she laughed and I started to see the funny side of it too. We had sex right there on the kitchen floor.

Another occasion was possibly even worse. We were on a week-end trip and staying at a plush hotel. We had decided that I would be diapered for the whole week-end.  Since we had slept late we had to hurry to arrive at the breakfast table so Laura told me to keep on my wet diapers and change myself afterwards. Coming back from breakfast we found that the room maid was cleaning our room. She asked if she should come back later but we told her she could go on. I installed myself on the balcony with a book. By now I had to pee very hard so I decided to let go in my diapers adding even more wetness. It was getting late and Laura was getting impatient to leave. She went inside to see how the maid was doing and a few moments later called me.

“Darling, could you come inside so that I can change your diaper?”

Assuming the maid was gone I went inside only to discover that the maid was still occupied with one of the beds and that Laura had laid out a new diaper on the other one. The maid was as surprised as I was and had stopped working, looking puzzled from me to the bed and back. I turned all red and gave a furious look at Laura signalling that I was not going to be changed in front of the maid. Laura came up to me and gently said in my ear that I knew what would happen if didn’t do what she asked.

I hesitated for a second but hadn’t much of a choice. Giving furtive glances at the maid I let Laura unbuckle my belt. She turned to the maid, who didn’t know what to do or where to look, and told her politely she could go on with her work. When my trousers fell to the floor Laura started scolding me again but more gently than usual.

“God they are soaked! You should have changed them before. We are very lucky that they didn’t leak. Hurry now, take them off and give them to the lady so that she can throw them away.”

I took them off and rolled them into a ball, but of course wasn’t going to give them to the maid.  However, having heard Laura’s remark she came already up to me. I only noticed now how pretty and young, maybe 16 or 17, she was, which somehow made it even more embarrassing. She was clearly finding the situation very amusing. She took the diapers out of my hands and, smiling sympathetically, said she was going to take care of them

I hurried to the bathroom and while I washed myself I heard the two women talking and laughing behind my back. I was not planning to come out of the bathroom before the maid had left. I brushed my teeth, and just as I was going to start shaving Laura opened the door.

“Oh, I should better diaper you first, you can shave afterwards. We don’t want you to wet the clean floor, do we?” Whispering, I protested but Laura wasn’t going to relent. When I came back into the room the maid was finishing .her work. I was made to lie down on the bed. Laura expertly slipped the diapers underneath and then to my horror, took the baby powder and applied a large amount between my legs. When the diapers were fastened Laura told me to get up and dressed. All the while the maid had been looking on amused, and now took leave, wishing us a good day and, turning to me, added: “I think it’s great you are wearing diapers, sometimes the guests wet their bed and that’s not so funny for us. Don’t worry I won’t tell anybody.”

I felt very ambiguous about those incidents. Being horrified but at the same time not trying to prevent them. I didn’t really think Laura would ever show the pictures to anyone but still did what she asked. The conclusion is clear: I liked it.

Next chapter: https://clairodon.wordpress.com/2009/11/20/a-dream-come-true-chapter-4/

Les malheurs de Magali Chap 3

Les semaines suivantes Lucie l’appelait à plusieurs reprises. Magali à chaque fois était déchirée entre le désir de revoir sa copine et sa détermination de ne pas vouloir se retrouver dans une situation dégradante. A chaque fois sa dignité gagnait et elle inventait des excuses pour ne pas devoir rencontrer sa copine. Cela irritait Lucie qui répétait son chantage d’envoyer des photos compromettantes à sa famille et ces copines, mais cette fois Magali tenait bon.

La prochaine fois que Lucie appelait elle changeait de tactique. Elle exigeait que sa copine vienne le lendemain si non elles ne se verraient plus jamais. « Des chiennes comme toi je peux en trouver partout ». Magali avait eu les larmes aux yeux parce qu’elle craignait que sa copine était sérieuse et l’idée de ne plus pouvoir être l’esclave de sa belle déesse lui faisait vraiment mal. Mais elle avait promis à sa sœur de prendre soin de Mimi, son petit bébé de 18 mois, pendant tout le week-end. Elle suppliait Lucie à la croire et promettait qu’elle viendrait un soir en semaine, mais sa copine n’acceptait pas l’excuse. Disant que si elle ne l’aimait plus elle n’avait qu’à le dire, elle avait raccroché. Magali ne supportait pas que Lucie était fâchée avec elle, en fait elle ne supportait pas d’être en brouille avec personne. Elle essayait en vain de la rappeler toute la soirée.

Le lendemain elle allait chez sa sœur ou Guillaume, son petit ami, venait la rejoindre. Elle racontait tout à Guillaume mais au lieu de sympathiser celui-ci se limitait à dire « Enfin, bon débarras ! ». Cette fois Magali ne pouvait plus se retenir et se mettait à pleurer inconsolablement. Guillaume était étonné et fâchée de cette réaction. Au lieu de la consoler il la reprochait de préférer Lucie – qui lui faisait mal –  à lui, qui était toujours gentille. Magali réalisait qu’en effet sa réaction avait été peu juste, et elle voulait s’excuser. Mais Guillaume était tellement déçu qu’il ne l’écoutait pas, et la laissait seule avec sa petite nièce. Heureusement que celle-ci à ce moment attirait l’attention, et Magali, essuyant ces larmes, se tournait vers elle.

Elle adorait sa petite nièce et pour un moment oubliait la scène avec Guillaume. Mais très vite elle réalisait l’ampleur du désastre: non seulement Lucie ne voulait plus la voir mais maintenant elle avait blessé Guillaume et il l’avait abandonné aussi. Elle sentait les larmes couler sus ces joues et la petite lui demandait pourquoi elle pleurait. Elle essayait de sourire et pour s’occuper prenait le bébé dans ces bras et l’apportait à la chambre de bébé pour la changer. Juste au moment qu’elle terminait de changer le bébé, Guillaume, rentrait. Soulagée elle le regardait avec un petit sourire à travers ces larmes  mais il la regardait d’un air sournois, et puis sur un ton mi-sévère, mi-moqueur lançait:

 « Maintenant c’est ton tour. ».

Elle ne comprenait pas : « Mon tour de quoi ? »

Il la regardait un moment avant de répliquer : « T’es aussi bébé que Mimi. Tu ne tiens jamais compte des sentiments des autres, tu n’a aucune dignité, tout t’est égale aussi long temps que t’es le centre d’attention, qu’on s’occupe de toi. Et bien je vais m’occuper de toi : Couche –toi que je te mette ta couche, petit bébé pisseux.».

Magali n’en croyait pas ces oreilles. Elle voulait pleurer mais en même moment elle voulait crier de joie. Ne pas sachant comment réagir elle était sur le point d’obéir quand elle se rendait compte que la petite Mimi était toujours là. Brusquement elle se retournait vers Guillaume pour lui dire qu’elle serait trop ravie de se faire langer par lui mais pas là.

« Ah non ? Et pourquoi pas ? ». « Euh, pas quand la petite est là ». Guillaume n’hésitait pas une seconde : «Et pourquoi pas ?, comme ça elle apprendra que certains grandes personnes sont des bébés pour toujours ».

Magali devenait tout rouge et sans plus de protestations se couchait sur le lit et retroussant sa jupe, ouvrait ces jambes. Quand Guillaume enlevait sa culotte et l’ordonnait à soulever ces fesses pour glisser une couche en dessous elle se demandait ou il avait trouvé tellement rapidement une couche pour adultes. Elle se doutait de la réponse et elle devenait encore plus rouge. Elle n’osait pas le demander, mais Guillaume,  devinant sa surprise, répondait à sa question non posée : « Heureusement que le petit bébé avait une couche de rechange dans son sac». Magali en effet quand elle était partie à la maison pour aller s’occuper de sa petite nièce avait mis une couche dans son sac. Bien qu’elle savait que les jeux de bébés n’inspiraient pas Guillaume et qu’elle n’osait plus demander d’être traitée en bébé par lui, elle avait quand même, contre tout espoir, pris une couche. Le fait que Guillaume l’avait découverte la remplissait d’honte, mais en même temps elle était trop contente. Détournant sa tête pour ne pas devoir le regarder elle se faisait langer par son ami.

Une fois bien ajustée la couche il l’ordonnait à se lever et il lui enlevait la jupe. Mimi avait assisté à la séance et était tout excité quand Guillaume expliquait que Magali devait porter des couches parce qu’elle était un petit bébé comme elle. Quand il mettait une tétine dans leurs bouches et les prenait toutes les deux par la main pour les conduire au living Mime était de plus en plus excité. Tout comme Magali.

Au living Guillaume les installait par terre parmi des jouets et disait que les deux bébés devaient jouer sagement ensemble. Magali, bien qu’embarrassé envers sa petite nièce, au fond trouvait la situation assez agréable. Les deux filles grimpaient à quatre pattes au grand plaisir de Mimi. Après quelques minutes la petite prenait un livre et demandait à Magali de lui lire l’histoire. Guillaume qui était en train de lire son journal à deux pas d’elles, intervenait : « Magali est un petit bébé comme toi, elle ne sait pas encore lire. »

Mimi regardait sa tante avec des grands yeux étonnés et Magali, probablement parce qu’elle avait peur de perdre l’estime de sa petite nièce, protestait en souriant. Mais elle se sentait tout bête en s’entendant dire qu’elle pouvait bien lire. Devoir affirmer l’évidence était trop con. Guillaume la regardait d’un air moqueur: « T’es vraiment un petit bébé. » Magali essayait de sourire, mais il continuait : « T’es un bébé qui mouille ces couches oui ou non ? ». Magali hésitait une seconde, et puis hochait la tête. « Dis-le » « Je suis un petit bébé ». « Et les petits bébés ne savent pas lire, vrai ? ». Magali timidement affirmait. « Alors t’es une petite menteuse ? ». De nouveau Magali affirmait. « C’est pas beau de mentir. Je n’aime pas les bébés menteurs. Je ne veux plus te voir. Mets-toi dans le coin avec ta figure vers le mur, et tes mains sur la tête. ». Magali ne savait pas tout de suite comment réagir mais voyant la figure fâchée de Guillaume et la figure intrigué de sa nièce, exécutait.

Guillaume prenait le livre des mains de Mimi, s’installait dans le canapé avec la petite et commençait à lire. Magali se retournait pour les regarder mais Guillaume lui ordonnait de regarder le mur : «  Les petites menteuses ont une figure trop moche pour la montrer ». Magali obéissait et à sa grande honte se sentait jalouse de sa petite nièce.

Juste quand elle voulait plaider pour pouvoir les regagner la sonnette de la porte d’entrée sonnait. Magali regardait avec des grands yeux anxieuses Guillaume qui se levait pour aller ouvrir la porte, en prenant Mimi avec lui : « Ne laisse entrer personne stp ». Comme seul réponse Guillaume lui disait de rester ou elle était : « Si tu bouges je te punirai plus fort petite menteuse! »

Une minute plus tard Magali reconnaissait les voix de Lucie et de sa sœur Sara. Son cœur faisait un sursaut. Elle était trop heureuse que sa copine ne l’avait pas abandonné, et le fait que sa copine allait la voir avec sa couche et sa tétine l’excitait. Mais en même temps elle savait qu’elle allait de nouveau être humilié, beaucoup plus grave qu’avec Guillaume, qui était trop gentille. Elle hésitait de sortir de son coin mais elle désirait que sa copine la voie ainsi humilié par son ami. Elle se retournait vers le mur et mettant ces mains sur sa tête se mettait à genoux.

Quand Lucie entrait dans la chambre et la découvrit dans son coin elle éclatait de rire. « Ah, je vois que la petite pisseuse est punie. Qu’est ce qu’elle a bien pu faire ? »

Magali se retournait tout rouge vers les nouveaux venus. « Alors la garce, raconte, pourquoi t’es puni ? » « Euh, je suis, euh  j’ai menti » bredouillait Magali. Guillaume voulait venir à sa défense en disant que ce n’était pas bien grave mais Lucie l’interrompait. « Ne te fatigue pas, je la connais le garce. On ne peut pas lui faire confiance, elle n’a aucune honte. » Puis s’adressant à Magali elle lui ordonnait de venir vers elle. « Non, pas debout,  reste à 4 pattes comme le bébé que t’aime jouer ! »

Magali rompait à 4 pattes vers sa copine qui s’accroupit en ouvrant ces jambes et soulevant sa jupe. « Oui, ça c’est un sage bébé, viens ici, viens me donner un bisou ». Magali comprenait ce que sa copine voulait.  Quand elle mettait sa tête entre les jambes de Lucie elle était tout de suite enivrée par l’odeur qui venait à sa rencontre. Pressé à donner du plaisir elle prenait le bord de la culotte de son  amie et s’empressait à vouloir la descendre. Lucie, feignant surprise et indignation, se mettait debout. « Héla sale gosse, qu’est ce qui te prend ? Est-ce que je ne l’avais pas dit ?, aucune honte ! » Et puis, regardant Guillaume, elle continuait : « Je crois que ta nanny est trop gentille avec toi. Je vais devoir prendre en main ta rééducation. Et bien tout de suite. Ne bouge pas, je reviens. »

Elle partait dans le hall et revenait avec un grand sac. « Heureusement que j’ai tout prévu. » La première chose qu’elle sortait du sac était une tétine à laquelle était attachée une courte ceinture en élastique. Elle mettait la tétine dans la bouche de Magali et l’attachait avec la ceinture autour de sa tête. « Voilà, comme ça tu ne pourras plus ouvrir ta bouche de sale menteuse. » 

Puis elle sortait une paire de menottes du sac et attachait les mains de Magali derrière son dos. « Jusqu’à ce que le petit bébé nymphomane aura appris de garder ces mains chez elle. »

Avant qu’elle n’ait le temps de se rendre compte ce qui lui arrivait Magali se retrouvait assis par terre avec ces mains attachés dans son dos et dans l’impossibilité d’ouvrir sa bouche. Mais Lucie n’avait pas terminé. Elle ordonnait sa copine de se mettre debout et inspectait sa couche. Elle s’adressait maintenant à Guillaume qui, paralysé par la surprise, n’avait pas encore réagit.

« Alors c’est toi la nanny de ce deux bébés ? » Guillaume acquiesçait de la tête. « Ca se voit que t’as pas l’habitude. Tu n’as pas idée comme c’est une sale pisseuse. Une petite couche comme ça n’aidera pas à grand-chose». On va devoir arranger ça »

Mais avant de continuer avec Magali elle semblait se rendre compte de la présence de la petite Mimi, qui avait tout observé avec des grands yeux étonnés. « Bonjour toi. C’est toi Mimi ? T’es toute mignonne. Une grande fille déjà. » . Mimi faisait un grand sourire. « Tantôt je viendrai jouer avec toi, mais d’abord je dois mettre des nouvelles couches à bébé Magali avant qu’elle ne mouille toute la maison. Tu veux m’aider ? »

Mimi hochait sagement la tête. Lucie changeait Magali couché sur le sol du living en mettant 3 couches rectangulaires dans une grande couche jetable. Mimi observait tout avec beaucoup d’intérêt et, à la demande de Lucie avait aidé en sortant chaque couche du sac. Quand c’était terminé Magali adorait le sentiment du gros pacquait entre ces jambes.

A ce moment Sara reprenait la relève. « Maintenant il est temps de nourrir nos bébés. »

Elle demandait les deux filles à la suivre à la cuisine ou elle installait Mimi dans sa chaise haute. Magali, encore toujours avec ces mains attachées derrière son dos, était installé sur une chaise normale et attaché au dossier avec un harnais en cuir. Sara les mettait toutes les deux un bavoir et chauffait un grand pot de purée de carottes et brocoli au poulet dans le four à micro ondes. La petite recevait une cuillère et pouvait se débrouiller toute seule. Sara enlevait la tétine de la bouche de Magali et commençait à la nourrir.

Entre temps Lucie était restée avec Guillaume au living et le taquinait. « Pourquoi un beau mec comme toi sort avec une cochonne comme Magali ? ». Mais Guillaume ne se laissait pas impressionner : « Et toi ? Si elle ne t’attire pas pourquoi t’es ici ? ». Lucie éclatait de rire. « Magali a été mon petit esclave depuis toujours. J’ai plein d’admiratrices mais aucune n’est tellement accrochée à moi que cette petite pisseuse. Je n’ai aucun respect pour elle, ni aucun sentiment, mais j’adore le pouvoir que j’ai sur elle, de la voir s’humilier devant moi. Et de savoir qu’elle m’est plus fidèle qu’une chienne. »

Guillaume était choqué par ces propos et exprimait son sentiment véhément. De nouveau Lucie riait. Mais elle se corrigeait. « D’accord, ce n’est pas vrai que je n’ai pas de sentiments pour elle. Je l’aime bien ma petite Piggy. Et je la connais trop bien. »

Elle s’arrêtait une seconde et puis elle donnait un de ces sourires magiques à Guillaume. « Désolé si je t’ai choqué. Mais je voulais te prévenir. Magali ne sera jamais à toi. Elle a tellement peu d’amour propre qu’elle n’arrivera jamais à avoir des vrais sentiments pour des gens qui ne la déprécient pas. Elle ne les fera jamais confiance ».

Guillaume protestait que tout cela était insensé, mais l’explication de Lucie l’effrayait. C’était la première fois qu’il était confronté à une explication plausible du comportement de Magali. Lucie voyait que la proie était prête à avaler l’hameçon. Elle mettait son bras autour de ces épaules et demandait s’il aimait vraiment Magali. Guillaume acquiesçait. «Alors, il y a peut-être un autre moyen pour arriver qu’elle soit vraiment à toi. T’es prêt à tout pour la garder ? » . De nouveau Guillaume hochait la tête. Magali souriait de nouveau gentiment: « Que c’est beau. Tu vas me rendre jalouse de cette petite salope. Un beau prince charmant comme toi qui est prêt à tout pour garder sa princesse. Je ne crois pas que personne ne ferait autant pour moi. ». Elle s’arrêtait de nouveau une seconde et puis elle ajoutait en riant « Sauf la cochonne elle-même évidemment ».

Guillaume ne pouvait pas s’empêcher de sourire à son tour. « T’as un beau sourire tout gentille » Comme seule réponse Guillaume rougissait. « J’ai envie de vous aider. Tu me fais confiance ? ». Guillaume succombait au charme de la belle amazone, et il avait envie de la faire confiance. Contre toute rationalité il affirmait donc qu’il faisait confiance. De nouveau elle lui souriait gentiment et, encore toujours avec son bras autour de lui, elle murmurait dans son oreille : « D’accord, suis moi alors ». Elle le prenait par la main et l’attirait vers les chambres.

Pendant tout ce temps Magali était nourrit par Sara.  La petite Mimi avait terminé son assiette depuis long temps et attendait sagement dans sa chaise pendant que Sara insistait culière par cuillère que Magali termine l’immense quantité de purée de légumes. Au début Magali avait trouvé ça gai d’être nourrit avec une grande cuillère en bois trop grande pour sa bouche, ainsi qu’elle devait happer la nourriture qui était portée vers sa bouche avec comme effet qu’elle était tout de suite couverte de nourriture. A un certain moment elle avait eu plus qu’assez mais Sara insistait que les bébés avaient besoin de bien se nourrir en donc Magali, avec beaucoup de peine, avait terminé le grand pot de purée, arrosé d’au moins un litre de lait qu’elle avait du boire employant un gobelet à bec.

Après le repas les deux « bébés » devaient faire une sieste. Magali devait se coucher sur le canapé el Mimi dans un fauteuil. Magali n’avait pas l’habitude de faire des siestes. En plus elle avait l’estomac lourd d’avoir trop mangé et bu, et le fait d’avoir ses mains attachées derrière son dos était fort inconfortable. Contrairement à Mimi  elle n’arrivait donc pas à s’endormir et commençait à se faire des soucis par l’absence de Guillaume et Lucie. Elle ne pouvait pas demander ou ils étaient passés puisque Sara avait remis la tétine dans sa bouche.

Sa vessie commençait à faire mal et elle décidait donc de mouiller ces couches. Comme toujours le sentiment de la chaleur qui se répandait dans ces couches lui donnait un sentiment d’immense bien-être ce qu’il aidait à s’endormir quand même.

Magali ne savait pas combien de temps qu’elle avait dormi mais soudainement elle se réveillait à cause de terribles grondements dans son ventre. Immédiatement elle se rendait compte qu’elle devait aller à la toilette si non elle allait complètement souiller ces couches. Elle se levait et voyant Sara lisant une revue elle se précipitait vers elle. Elle essayait de demander de la mettre à la toilette mais la tétine l’empêcha de parler clairement. Entre temps elle avait des horribles crampes dans son estomac et ces intestins et elle se rendait compte que son lunch avait été lacé d’un laxatif. Sara feignait ne pas comprendre. 

Les larmes de frustration et de honte coulant sur ces joues Magali remplissait ces couches. C’était la première fois que cela lui arrivait et malgré sa honte elle aimait le sentiment de la  masse qui cherchait de la place dans sa couche. Mais elle ne savait plus quelle attitude qu’elle devait prendre.

Surtout que la belle Sara la regardait d’une aire dégoûtée. « Ce n’est pas possible, t’es en train de chier dans ta culotte ? Dis-moi que je rêve ! Mais t’es vraiment dégoutant ! »

Magali, retrouvant ces esprits, était furieuse. Qui avait mis le laxatif dans sa bouffe, pas elle quand même ? Elle était sur le point de se défendre quand la porte s’ouvrait et Guillaume et Lucie entraient main dans la main.

Magali restait avec la bouche ouverte, comme hypnotisé par ce qu’elle voyait. Sara se retournait vers la porte et éclatait de rire.

Guillaume était habillé d’une petite jupe plissée sous un T-shirt moulant. Il avait les yeux maquillés et avait mis du rouge à lèvres transparent très brillant. Guillaume, de descendance Vietnamienne, était petit et construite finement, assez féminine. Habillé en jupe et maquillé il pouvait passer pour une vraie fille.

Lucie l’entrainait derrière elle et puis le poussait en avant. « Est-ce qu’elle n’est pas jolie? » Guillaume faisait un pas en avant en regardant le sol. Magali le regardait incrédule. Lucie lui adressait la parole : « Est-ce que cela ne lui va pas bien ? Et en plus il à fait sa par amour pour toi parce qu’il sait que tu préfères les filles ». Magali poussait un petit cri, mais Lucie continuait. « Par amour pour toi, mais aussi parce qu’il aime ça. » Elle éclatait de rire. « Il, euh je veux dire elle, ne cesse de s’admirer dans le miroir. Alors soit gentille et dit lui qu’elle est jolie »

Avant que Magali puisse réagir Sara intervenait en disant que ce n’était pas le moment, il y avait d’autres priorités puisque le sale bébé avait chié dans sa couche. Lucie poussait un cri d’horreur et exclamait que c’était ça donc qu’elle sentait. « Ah la vache, t’es vraiment dégoutante. Et maintenant quoi ? Tu ne crois quand même pas que nous allons te laver ? » Cette question avait l’air d’inspirer Sara qui allait chercher un petit tablier blanc dans le sac de Lucie et le mettant à Guillaume lui disait que maintenant il avait au moins l’air d’une vrai nany qui allait s’occuper du petit bébé merdeux.

Guillaume regardait Magali qui n’osait pas le regarder. Mais sans un mot il la prenait par la main et la conduisait vers la salle de bain. Elle avait encore toujours les mains attachées mais aucun des deux n’osait demander la clef. Pendant qu’il la  changeait et lavait ils ne se disaient pas un mot. Trop honteux de se qui venait de se passer. Et surtout trop honteux pour avouer qu’ils l’avaient aimé.

Quand ils revenaient au living les deux autres étaient partis. Mimi dormait toujours dans son fauteuil – elle aussi  avait rempli sa couche – et la clef des menottes se trouvait sur la table. Guillaume libérait Magali et seulement à ce moment là ils tombaient dans les bras l’un de l’autre en pleurant de honte, mais aussi de bonheur et de solidarité.

pour la suite : https://clairodon.wordpress.com/2010/12/14/les-malheurs-de-magali-4/