A dream come true 11

“In the weeks after that incident I would often start crying inconsolable, and Laura would have to take me in her arms to comfort me. And she felt so guilty about what had happened that she would do this without making nasty remarks, whispering in my ear that’s she was there and that she would never leave me alone anymore. Even now thinking about that day, tears well up in my eyes, and I feel like running to my wife to be consoled”.

You will find the preceding chapters of this story in “topics” under “True”, with the different chapters in reversed order. To find the first chapter you just have to scroll down to the bottom.

Chapter 11

Laura must have enjoyed playing a 13 year nymphomaniac because a few days later, as I was preparing dinner, she repeated the same roleplaying. This time she entered wearing khaki-green baggy pants, army boots, a long black T-shirt with a horrendous graphic design on it, and a base-ball cap that she wore backwards. I hate this kind of outfit – and so does she – but I had no time to react: “Hi Missster Perry, how are you sstoday?” Surprised because I heard a clear lisp I looked up, straight into a bright metallic smile. Laura had been talking about having her teeth fixed for many years, and now she must have decided to do it without even consulting me about it. (She hardly consulthttps://clairodon.wordpress.com/2014/09/08/a-dream-come-true-12ed me on anything nowadays anyway). She looked lovely with her braces, and I fell completely in love with her again. She sensed it immediately and decided this would be fun.

“I wass ssso embarrassed the other day. I hope you are not mad at me?” “No, sure, why you think that? It’s normal you got somewhat carried away being alone with me.” I intended this to be some kind of self-depreciating irony but that was not what Laura choose to understand: “I know! But you did the right ssthing warning me I was too young for you. I promisss I won’t bother you anymore. But I would like to be friendsss? Can we be jusssst friendssss?”
Embarrassed by her taking my remark so earnestly I was only able to assure her that of course we could be friends. She smiled broadly: “Ok, then. Can I keep you company while you work.” And she sat on the table again as she had done last time, crossing her legs underneath her. I wished she had worn the same short skirt as last time, and again I could see that she had read my thoughts but choose not to take advantage of it, not for the moment at least.
She began chatting about Carol and about school and about the latest idols and about new movie releases, and I loved it. But after a few minutes she got tired of it already and proposed to help me. I am so used to do everything my way that I hate it when people try to help me, so I friendly declined the offer. But Laura wasn’t to let me off that easy: “Ok, then I’ll prepare the desssert, I make a world famouss cream chsseese desssert!”

Disaster! I knew she was going to make a big mess of my kitchen, but how could I refuse such a friendly offer from this lovely nymphet? So I answered that I would love to taste her cream cheese desert adding, hesitantly, to try not to make too much of a mess. She jumped off the table, assuring me with a malicious smile that she would be very careful.

Continuing her happy chat chat chat she began raiding the fridge and the cupboard putting all the needed foodstuff everywhere. I hesitated to make a remark but she prevented that by popping an unexpected embarrassing question: “Are you a briefss or boxser man Mr. Perry?” I was completely taken aback: “Euh, what do you mean?” “Well I have read that the kind of underwear you wear indicates what kind of man you are. I ssthink you would be more of a briefss man, am I right?” I couldn’t help blushing deep red, thinking about the pretty pink lacy panties I was wearing. Well they certainly were closer to briefs than to boxers, so I stammered she was right. She looked at me now with an openly mocking smile: “I knew it. You are so confident about your manhood.”

In the mean-time the kitchen had become a disaster area, and, seeing somewhat belatedly that her clothes were being covered with food, she asked me to help her put on an apron. As I was fastening the apron in her back she dipped her finger in the concoction she was preparing and turning around asked if I wanted to taste. Before I could answer she stuffed her finger in my mouth. She was driving me crazy and she knew it.
Some minutes later, announcing she was almost ready, she commented the delicious smell of my dinner. And when I thanked her she asked if she could taste the gravy. I took a spoon but looking at her happy mocking eyes put it back and dipped three fingers deep in the sauce. She grabbed my hand and pushed the 3 fingers deep in her mouth, making appreciating noises.

I was by now ready to jump her, and putting my arms around her wanted to press my lips on hers, but she shoved me away: “Ooh Misster Perry what are you doing? Now it’sss you! You were right when you sssaid I was too young. If Carol would know thiss I would be ssso embarassssed. And your wife! I wouldn’t dare to sssee her ever again.”
At that moment we heard someone coming and still purple of embarrassment I returned to my oven, and when Carol came in she looked surprised at her mother working in the kitchen, wearing a baseball cap, and an apron over her very own army pants and boots. “Well what are the two of you now up to?” Laura and I answered, giggling, that we were just preparing dinner. Our daughter smiled and shrugged: “Sure! But hurry up, I’m hungry and dinner smells delicious.”

But a few days later Carol would be in for a much larger, and revealing, surprise. As we had been very busy during the week-end I hadn’t had time to do all the household chores, so Laura had asked me to take a day off, to catch up with the ironing and changing of the beds. Towards the end of the afternoon I was getting ready and looking forward to a quiet moment in the sofa before starting to prepare diner. Carol was going to get home any moment and I always liked to chat a little bit with her but usually had no time because when I got home from the office there was always a lot of work waiting for me. I was looking forward to some “quality time” with my daughter when Laura walked into the room.

I was flabbergasted. She was wearing a school uniform from Carol, and looked marvelous in it. Carol was attending a traditional catholic school with a traditional but rather becoming uniform consisting of a dark-blue and green kilt, with a white dress-shirt, navy-blue sweater, white socks or tights and Mary-Jane shoes. My mouth fell open in disbelief. She wore her hair in two short braids and combined with her dental braces she looked really very young. As usual Laura was the first to talk: “Hi Misster Perry, isss Carol home yet?” I hesitated a moment and then remembered that she had said that she was not a schoolmate of Carol’s. Why was she then wearing the same uniform? For some childish reason I felt compelled to point this error out, but Laura immediately corrected me: “I’m sorry to have misled you sir but I said I was not a class mate, I never said I didn’t attend the same school. I’m a year younger than your daughter, so I’m in 8th grade and Carol is in 9th sir.”
Irritated that I hadn’t been able to point out an error in her role-play I didn‘t give up: “Carol has been attending that school since first grade, how come you were never friends before?” But again Laura had her answer ready: “We only moved to this neighborhood last month sir.” I regretted my irritation and wanted to back out, but Laura was too fast: “Are you mad at me, sir?” Do you want me to leave?” I immediately assured her there was nothing wrong, that on the contrary I was glad that she was there. Laura gave me a nice smile baring her bright glistering teeth:
“Is that true or are you just saying that to make me happy?”
“Oh no, it’s true, I really like it when you are around!”
Laura was leading me right to where she wanted me to go:
“That’s nice of you to say sir, but I don’t believe you. You must think I’m just a stupid little girl, making you lose your time chatting your ears off.”
I hesitated for a fraction of a second and then fell right into the trap that Laura had laid out for me:
“Oh no. I think you are very smart and advanced for your age. I can’t believe you are younger than Carol. You are so much more mature.”
Laura smiled at me defiantly:
“What do you mean ssir? Physical? You think I’m ssexy for my age?”
She actually made me blush, and I was only able to answer in a whisper:
“Wwwell, yes, euh, I think so yes.”

At that moment we heard Carol entering the house. Laura made a quick step in my direction and gave a fast kiss on my lips, and it was her turn to whisper: “I think you are ssexy too, ssir.”
At that moment Carol walked in the room and seeing her mother in her school uniform made her freeze. Laura didn’t miss a beat: “Oh hi Carol. Your little brother is so funny! I think he has a crush on me!” Carol looked from her mother to me, and understanding we were roleplaying again with her mother babysitting over me, she laughed. “Oh is that so? He is a little young I would think.”
I was once again surprised by the sudden turn of events, but when Laura turned back to me I knew there was nothing I could do.
“Come on big boy, time for your afternoon snack.” A few minutes later I was sitting behind a bowl of cereals, wearing a large bib, with Laura helping me to eat, while Carol looked on with an amused smile. Having the two of them sitting one next to the other wearing identical uniforms was disconcerting.

When I had finished my food, Laura swiped my mouth clean with the bib and then turned to her daughter: “Your mother told me he sometimes still has accidents, so I guess I better take him to the toilet?” Carol, smiling broadly, said that was not a bad idea, and Laura took me by the hand leading me to the toilet. In the toilet she unfastened my pants and dropped them to my ankles revealing the girly panties I was wearing as always:” A real briefs man I see”, she whispered in my ear as she grabbed my penis and directed it to the pot.

From that day on Laura began playing the role of the 13 year old nymphomaniac more and more. We both loved it and the game became more and more addictive. Laura as always was very inventive and changing styles all the time she always managed to get it right to be a convincing nymphomaniac adolescent girl. One day she would wear loose-fitting shortalls, with short colored socks and sneakers, with her hair in two pigtails. The next time she wore very small shorts with an even shorter top, showing a bare belly with a piercing. But the outfits I continued to prefer were her school uniform or the “bcbg style” pleated skirts and tops that she had worn the first time.

We developed a highly passionate, charged, but “platonic” relationship. Well not literally platonic. She would come and sit on my lap, facing me with her legs spread over mine, and we would kiss. But whenever I tried to put my hands underneath her skirt she would stop me telling that everything below her waist was off limits. She promised however that she would reserve her flower for me, but that she was still too young to lose her virginity, I would have to wait.
Of course this was another form of highly effective “orgasm denial”. I was passionately in love with my 13 year old sexy wife, and loved to be hit upon by her. Especially in public. Because of course we couldn’t resist playing our games in public. Having my little girlfriend swing her arms around me and kiss me passionately in front of some scandalized couple that maybe had teenage daughters themselves, was irresistible. At a couple of occasions I got angry remarks from onlookers until Laura turned around and they realized their mistake and, all confused, apologized and ran away.

Laura, who knew everything about orgasm denial, knew that by keeping her lower body off limits for me, I would be completely at her mercy. And the little devil inside her soon enjoyed blackmailing me. She began refusing to be kissed – calling me a dirty old man – unless I paid her for it. When I tried to resist, telling her I would survive without her kisses she threatened to tell Carol her father was shagging her best friend. Completely insane I angrily answered to that stupid threat coming from my wife, by saying that I didn’t shag her. She looked with her little devilish smile: “No but you would like to. I think Carol will find hat equally disgusting!”

I gave in and began paying for her kisses. Next she proposed to let me see her panties, and I agreed to pay to have her lift her skirt, or even to see or touch her bare breasts. Another frustrating thing was that whenever Carol was present Laura continued to pretend she was our daughter’s friend, but I was immediately forced into the role of a little toddler, being baby-sitted over. Not that I cared very much, because being taken care of by my wife and daughter was pure heaven. And of course I could count on both of them to come out with new, surprising, ideas all the time. One Saturday I was doing my normal household chores, Anthony was gone as usual, Laura was somewhere around the house and as far as I knew Carol was absent too. When Laura interrupted me dressed in one of her favorite BCBG adolescent outfits I got immediately excited as I assumed she was going to flirt with me.
But she told me to go upstairs and change into the clothes she had prepared for me. This too excited me because I thought I was to be treated as a toddler or even as a baby. But when I noticed what she had laid out for me I didn’t really understand what is was supposed to represent. The outfit consisted of black and white gingham shorts, a T-shirt with an animal cartoon and short socks. When I put on the shorts – they were clearly tailor made for me um – I liked the way they fitted tightly around my legs, and I tucked the shirt deep in the shorts. Going downstairs I assumed I was to be a toddler but was not completely sure.

When I entered the kitchen I ran into Carol, and I was flabbergasted by her outfit. She was wearing beige corduroy shorts that fitted tightly around her legs too, wool knee socks, green rubber boots, a T-shirt with more cartoon figures, and a baseball cap underneath which she had tucked her hair away. I immediately recognized the shorts and socks to have been part of Anthony’s Cub Scout uniform.

She greeted me enthusiastically: “Ah there you are! I was waiting for you to go out to play”. A number of years earlier Carol had been a real tomboy, always playing with her brother and his friends, and I understood that today she had decided to go back to that time. I was not very sure what I was expected to do but my daughter immediately took the lead, and showing me a pair of rubber boots to put on, she was already holding the doorknob in her hand, spurring me on to hurry.

Once outside she went to the garden shack where she began looking underneath long discarded toys. After a few minutes she found what she had been looking for, pulling out an old plastic sledge. Taking the sledge in her arms and urging me to follow her she began running towards the street. I immediately understood what she was up to.

In the woods at the end of our street there is a steep hill, with half way up the hill a small lake, a water reservoir, fed by a small brook, emptying itself at the other side through an artificial waterfall. But from time to time, after heavy rains, even with all the locks of the waterfall open, the reservoir will spill over on the sides, causing mudslides. The previous days we had had exceptional heavy rains, and Carol must have remembered the old days when she had had fun with her brother and his friends, sliding down on the mud. At the time I had watched them coming down, signing, yelling, shouting, covering themselves with mud, and I suddenly remembered I had regretted being an adult, having wished to join them. Anticipating what was to come I felt elated and stormed after Carol to the woods and up the hill.

The next couple of hours Carol and I had a marvelous time. Not only was it fun sliding down a mud slope on a sledge with the feeling of speed in our hair. But in a few minutes we were covered in mud, and shedding all our inhibitions, we began sledding down on our bums, rolling ourselves in the mud, and painting our faces with mud. I hadn’t felt so free for years and it was with regret that I followed my “big sister” home when the sun was going down. Coming home, covered in mud from top to toe, Laura at first didn’t believe her eyes, but then, laughing very hard, she made us shower ourselves with the garden hose and then undress completely, before we were allowed to come in. Standing naked being hosed down by my daughter, equally naked, didn’t bother me at all. We felt closer as we had ever felt before.

Not long afterwards, one day coming home from the office I noticed Isabel’s car parked in front of the house. I hadn’t seen her since my visit to her place where I had been completely babied, and I felt awkward meeting her again, but at the same time I got all excited. I forced myself to calm down, thinking Isabel was here to visit her friend not for me. But when I went inside I was completely surprised by the scene I found there. Isabel and Laura had both dressed up as teen-agers. Laura being very convincing with her hair in a ponytail and dressed in a hooded, sleeveless, sweater, a very short denim skirt and sneakers. But Isabel, despite having tried very hard, wearing loose fitting shortalls and a Disney shirt didn’t make her a convincing adolescent. Even her hair done in two braids, didn’t change that.

But I grasped the intention and smiled. My eyes fell on Carol and Lucy who were playing on the carpet with Carol’s old doll house, both with a pacifier in their mouth. Carol was dressed in an extremely short tank top dress, revealing her cute pull up diapers. Taking the whole scene up took only a fraction of a second, and of course I was rather pleased by what I saw and was all ready to join the two little ones. But before I could move in their direction Isabel was walking up to me: “Ha, there he is our little baby!” , and before I knew what was going on she placed her hand on my crotch: “ Still dry! That’s a good baby, but let’s get you diapered before it’s too late” I followed her upstairs, feeling the eyes of both my wife and daughter in my back.

A few moments later I found myself standing in front of my wife’s best friend completely naked again. This time my member had inflated even before she had made me lay on the floor and had applied baby powder. Softly rubbing my dick, using both hands she made me come in her hands and then waited for my dick to shrink before putting on my diapers.
I immediately noticed she had put on very thick diapers, even thicker than the last time. After she had pulled large plastic pants over the diapers, she helped me into the cutest dungaree-romper I had ever seen. The romper, in a red gingham fabric, had a cute teddy on the bib, elasticated legs and buttons in the crotch. When she helped me up I noticed that the diaper was so thick that my bum looked like a balloon and I walked like a duck with my bum waggling from left to right. Entering the living room Laura didn’t know to laugh or cry, as always when I dress as a baby. But Carol shrieked with merriment: “Pretty baby, pretty baby!”
And then Isabel did what I had hoped and feared. She had me sit next to her on the sofa where she opened her blouse and bra and pushed my head towards her breast. While my wife and daughter were watching I put my hands around her breast and taking a large part of it in my mouth began sucking expertly on the nipple. I was again mesmerized by the unique experience of being breastfed: unbelievable relaxing, blocking out all other senses. Sucking and feeling the liquid fill up my mouth was again pure happiness. I completely forgot the presence of Laura and Carol. Nothing else existed anymore. Just sucking and swallowing.
After I had been satiated she made me lay on the sofa, and taking out the two pairs of handcuffs, she attached my wrists to my ankles again, forcing me into a fetal position, as she had done the last time. Of course she also had brought the ball gag, and going even one step further, she put a blindfold over my eyes. Having immobilized me completely she sat on her knees next to the couch and stroked my hair kissing me softly in the neck. I was almost immediately ready to doze off, but I heard her turn to my wife: “Isn’t he sweet? A completely helpless, sweet, newborn baby.” Next I felt how her hand stroked my legs, moving up to my crotch, and softly rubbed my member through the thick diapers. I thought my penis was going to explode in the diapers and I sighted in anticipation. She rubbed my dick until, sighting heavily, I came for the second time in half an hour time, ejaculating deep in my diapers. I felt her turn away again: “The little baby really likes that. Isn’t that cute?” But Laura wasn’t impressed: “Cute? Pathetic, you mean!”

Embarrassed I fell asleep but not for very long. When I woke up I didn’t hear a noise and realized I was completely alone. I waited for a while but the position in which I was kept became increasingly uncomfortable. I had some movements in my bowels and I decided to relieve myself. As always filling up my diapers was a wonderful feeling and this calmed me down for a while, and I dozed off again for a short time. But when I woke up, aching all over, I got mad at the 3 girls. How could they do this to me? This was pure torture. A couple of hours later they had still not returned and I became extremely anxious. This was not normal anymore and I began worrying that something had happened to them. I panicked. What if something had happened to them? I remembered that Anthony was staying over with a friend, and at first this was a relieve because I didn’t want him to find me, in a fetal position, gagged and blindfolded, dressed as a baby with messy, stinking diapers, but after a while, sick with worry, I hoped he had changed his plans and would come home. I began crying, hot tears rolling down my cheeks. Tears from frustration, pain, anger, but most of all worrying that something had happened to my loved ones.

Later I would learn that Carol had not been able to resist the temptation of going out in her toddler dress, and had insisted on going for a walk with Lucy and the babysitters. Laura however had been afraid of running into a neighbor and had accepted to go out only if they drove first to a neighboring town. There they had made a small walk and then went for a drink on a terrace, tremendously enjoying the strange looks they were getting. They had not paid attention to the time, and when they finally were on their way home had run into a major traffic jam. When they had gotten in front of our house Isabel had just dropped them off and had immediately continued her journey with her little daughter.

When Carol came running into the room and found me in tears she was overwhelmed with tenderness. She immediately took of the cuffs, the gag and the blindfold and covered me with kisses. And when a few seconds later Laura came to the scene she too, completely out of character, became very kind. Apologizing over and over, she took me upstairs and helped me clean up. Something she had never done before, not even with just a wet diaper. Having my wife taking care of me in this kind fashion was a small consolation.

Having been put into a complete helpless position and then having been abandoned had provoked some very deep emotions in me. In the weeks after that incident I would often start crying inconsolable, and Laura would have to take me in her arms to comfort me. And she felt so guilty about what had happened that she would do this without making nasty remarks, whispering in my ear that’s she was there and that she would never leave me alone anymore. Even now thinking about that day, tears well up in my eyes, and I feel like running to my wife to be consoled.

Next chapter:

https://clairodon.wordpress.com/2014/09/08/a-dream-come-true-12

 

Noémie 2

 

« Quand il ouvrait la porte Gérard venait tout de suite à sa rencontre : « Ah, t’es là enfin ! ». Noémie voulait s’excuser mais l’homme ne la laissait pas le temps : « Enlève moi ce vilain pantalon d’abord » Noémie s’empressait à exécuter l’ordre, craignant la suite. Quand le pantalon tombait sur ses chevilles il sentait comment sa couche était trempée et pendait lourdement entre ses jambes. Gérard, mettant sa main entre ses jambes, pesait la couche à travers la culotte en plastic : « Oh mais regarde ça, la petite pisseuse crois qu’elle est assez grande pour aller boire au café, je crois que demain il faudra mettre une couche double ! Mais maintenant il est temps pour chier, je suis sûre que tu puisses à peine te  retenir.» Noémie, rougissant de honte et d’envie, s’accroupit et se mettait immédiatement à pousser. Remplir sa couche pendant que son maitre la regardait était humiliant et après avoir sorti une petite crotte il s’arrêtait, mais Gérard l’ordonnait de continuer. Quelques moments plus tard il sentait qu’il lâchait un gros paquet, et Gérard le voyait évidemment : « Sale chieuse ! Ce n’est pas possible, tu n’as déjà plus aucune honte ? Deux jours après ton arrivé tu n’as même pas honte de remplir ta culotte pendant que ta maitresse te regarde ? Et bien on va voir si tu n’as vraiment plus aucune fierté. »

Chapitre 2

Noémie hésitait de se mettre à nettoyer la chambre mais avec ces mains menottées dans son dos et lui-même attaché avec le collier de chien à la lanière cela était impossible. Il cherchait un endroit du lit qui n’était pas trop sale et se couchait. Il passait des longues heures sans pouvoir s’endormir mais finalement sombrait quand même dans un sommeil léger. Il se réveillait vers le matin et sentant le besoin de se vider les intestins n’hésitait pas. Finit son besoin il se recouchait sentant que la merde se repartait dans la couche, et se sentant bien, il se rendormait

Une heure plus tard sa porte s’ouvrait et Gérard rentrait. Noémie sursautait immédiatement, et s’asseyait sur le bord du lit. Mais quand il voyait Gérard vêtu d’une chemise de nuit assez courte en broderie anglaise il ne pouvait pas s’empêcher de rire. Mauvaise idée. Sa maitresse lui jetait un regard furibond et s’approchait en tenant son nez fermé avec ces doigts : « Montre-moi ta couche, sale chieuse. T’as encore chié ? » Noémie, effrayée,  regardait le sol et secouait la tête, tout en baissant son regard vers sa couche, et se rendait compte que la couche n’avait pas su tenir les deux cargaisons et que la merde en débordait par tous les côtés. « Sale menteuse ! Viens ici ! » Noémie s’approchait de Gérard avec ces mains toujours menottées dans son dos. Il ne savait pas à quoi s’attendre et craignait le pire. Mais à sa grande surprise Gérard le prenait dans ses bras et l’embrassait légèrement sur la bouche : « T’es une grosse chieuse adorable ».  Noémie, sentait comment Gérard posait une main entre ses jambes et le caressait, étalant la merde sur ses jambes. Puis il soulevait le bord de sa chemise de nuit avec son autre main dévoilant une petite culotte d’où sortait son épée dressée, et il se mettait à se caresser le membre avec sa main couverte de merde. Noémie était comme paralysée par la main agile de sa maitresse qui glissait sur ses jambes. Et Gérard respirait de plus en plus lourd, à tel point qu’elle croyait qu’il allait venir là, debout devant lui, en se couvrant lentement le membre de merde. Mais il s’arrêtait à temps et poussait son esclave vers le bas: « A genoux mon amour, suce moi, et goute mon jus divin mélangé à tes excréments exquis »

Antoine en mettant la bite de Gérard dans sa bouche se couvrit sa figure de merde, et quelques minutes plus tard il recevait le jet loin dans sa bouche. Quand Gérard, haletant de plaisir, le remerciait en lei couvrant de bisous, il était tout fier. Puis Gérard sortait une clef d’une poche de sa chemise et détachait les menottes et le poussait sur son ventre sur le lit: « A toi de jouir maintenant. Tu l’as mérité. » Noémie hésitait une seconde mais puis elle plongeait ses mains dans la couche et se masturbait, couché sur le ventre, pendant que Gérard, debout,  le regardait en souriant.

Quand il était venu il regardant vers le haut dans la figure de sa maitresse et, honteux, il détournait le regard. Gérard n’hésitait pas à enfoncer le clou : « Mais tu n’as vraiment aucune honte. Te masturber dans une couche débordant de merde, t’es vraiment dégelasse ! Tu trouveras des sacs en plastics et de quoi nettoyer tout dans ton armoire. Tu ne partiras pas d’ici avant que tout ne soit propre» Sur quoi il prenait une autre clef et détachait la lanière du collier, puis se retournait, laissant le pauvre garçon tout seul.

Noémie soupirait et, regardant le désastre autour de lui, avait les larmes aux yeux. Mais il prenait son courage en main et cherchait les sacs en plastique. Une heure plus tard la chambre était propre et il avait pris sa douche. Cela avait été moins grave qu’il n’avait craint, et regardant sa montre, il réalisait que Gérard l’avait réveillé très tôt. Néanmoins il devait se dépêcher s’il ne voulait pas rater son cours.

Se souvenant que Gérard avait dit qu’à la maison il devait porter des jupes et des couches à tout moment il se hâtait à se remettre une couche et puis à choisir ces vêtements. Depuis qu’il était arrivé il n’avait pas encore eu le temps pour vraiment regarder ce qui se trouvait dans son armoire et maintenant à nouveau Il regrettait ne pas avoir le temps pour essayer plusieurs toilettes. Il enfilait vite une robe rouge à volants.

C’était la première fois de sa vie qu’il portait une robe et cela le donnait un drôle de sentiment. Il se regardait dans le miroir et était surpris comme il avait l’aspect plus féminin qu’il n’avait osé espérer. C’était une robe très courte et sa couche se montrait. Automatiquement sa main se glissait en dessous de la jupe courte et il se caressait le membre à travers la couche. Il avait envie de se masturber pour la seconde fois ce matin, mais se souvenant de l’heure, se dépêchait en bas.

Il trouvait Gérard, habillé avec un pantalon de sport et un polo Ralph Lauren, à une table de petit déjeuner bien mise, lisant son journal en buvant une tasse de café. Quand Noémie rentrait Gérard sifflait admirativement : « Olala, mais qu’elle est jolie aujourd’hui mon amour ! Tourne toi que je t’admire. » Noémie se sentait rougir, mais, tout fière,  exécutait l’ordre en faisant une pirouette. Gérard le prenait par les mains et le tirait vers lui : « Assieds- toi ici mon ange, entre mes jambes. Je vais te préparer une tartine. » Timidement Noémie s’asseyait entre les jambes de son maitre, et sentait la main de celui se poser sur sa couche. Il avait envie de reposer sa tête sur l’épaule de l’homme, mais de nouveau, il se souvenait de l’heure, et avec un soupir, disait à Gérard qu’il allait rater son bus. Gérard regardait sa montre et, répondait qu’il la conduirait la belle à l’école, mais ajoutait  avec regret que néanmoins ils n’avaient pas de temps à perdre. Quelques minutes plus tard Noémie terminait son repas et montait pour aller se changer. Avant qu’il monte Gérard lui disait qu’il trouverait des culottes en plastique à sa salle de bain, et qu’il devrait en mettre une  pour éviter le risque de fuites : « Tu seras plus relax pour passer ta journée ! »

Dans la voiture Antoine se sentait trop heureux. Assis à côté de son protecteur, avec sa couche et une culotte en plastic en dessous de son pantalon, il se sentait vraiment protégée. Il se demandait pourquoi il n’avait jamais fait ça avant. C’était un sentiment vraiment  trop bien.

Il retrouvait ses copines françaises et à midi ils étaient rejoints par d’autres étudiants et étudiantes, en majorité français mais également d’autres nationalités, et ils mangeaient tous ensemble à une longue table à la terrasse. Et le soir, quand ses copines demandaient de nouveau d’aller prendre un verre il n’hésitait pas à accepter l’invitation.

Une heure, et quelques bières plus tard, plus tard, assise dans le bus pour rentrer, Noémie se sentait mieux qu’elle ne s’était plus sentie depuis sa plus tendre enfance. Après deux jours de cours elle était mieux intégrée qu’après 3 ans en son université en France. Elle avait le sentiment d’avoir déjà fait des vrais amis, et, ce qui était étonnant  mais très réjouissait, était le fait que depuis deux jours elle était surtout entourée de filles, la que dans le passé les filles l’intimidaient et il avait eu la tendance de les éviter. Quand il passait la journée en revue c’était surtout la charmante Kathy à qui ses pensées retournaient tout le temps. Petite, vive, avec les cheveux courts bruns, et un sourire splendide. Noémie, heureuse, fermait  ces yeux, consciente de la pesanteur de sa couche mouillée entre ses jambes, ce qui augmentait son sentiment de bien-être

Elle se réjouissait qu’elle aille bientôt être à la maison et qu’elle puisse souiller sa couche. L’envie devenait tellement grande qu’elle pouvait à peine se retenir à ne pas le faire dans le bus. Ses pensées allaient vers Gérard qu’il attendait et ça aussi la remplissait de bonheur. Gérard allait la prendre comme une vraie pute, et l’idée d’être la petite salope de son maitre l’excitait, même qu’elle était aussi un peu honteuse de cette idée. Pendant une fraction de seconde elle s’étonnait de cette pensée se demandant si elle était en train de devenir homo. Mais pensant à Kathy il souriait. Il se mettait à imaginer que Kathy le langeait et tout de suite son arme se dressait dans sa couche. Mais non,  ce n’était pas possible, jamais il oserait parler à la belle Kathy de ces fétiches. Il soupirait, mais puis décidait que si un jour il pourrait avoir une copine comme Kathy il arrêterait ces jeux pervers, que d’être le fiancé d’une fille comme Kathy valait tous les phantasmes du monde. Mais évidemment la possibilité qu’il puisse devenir le fiancé de Kathy était nulle. Bien  que, ce soir au café, Kathy avait recherché sa compagnie et avait posé plein de questions. D’accord, elle l’avait taquiné mais ce n’était pas méchant, et sa mère disait toujours « cœur qui taquine,  cœur qui aime ». Il sentait que son membre essayait de se dresser d’avantage. Il soupirait de nouveau. Puis se disait qu’il avait peut-être une toute petite chance mais qu’il n’allait pas s’empresser. Et entre temps il serait secrètement la soumise de Gérard. Tout d’un cou il avait hâte de tomber dans les bras de sa maitresse.

Quand il ouvrait la porte Gérard venait tout de suite à sa rencontre : « Ah, t’es là enfin ! ». Noémie voulait s’excuser mais l’homme ne la laissait pas le temps : « Enlève moi ce vilain pantalon d’abord » Noémie s’empressait à exécuter l’ordre, craignant la suite. Quand le pantalon tombait sur ses chevilles il sentait comment sa couche était trempée et pendait lourdement entre ses jambes. Gérard, mettant sa main entre ses jambes, pesait la couche à travers la culotte en plastic : « Oh mais regarde ça, la petite pisseuse crois qu’elle est assez grande pour aller boire au café, je crois que demain il faudra mettre une couche double ! Mais maintenant il est temps pour chier, je suis sûre que tu puisses à peine te  retenir.» Noémie, rougissant de honte et d’envie, s’accroupit et se mettait immédiatement à pousser pendant que Gérard maintenait sa main en dessous de son derrière.

Remplir sa couche pendant que son maitre tenait sa main entre ses jambes était humiliant et après avoir sorti une petite crotte il s’arrêtait, mais Gérard l’ordonnait de continuer. Quelques moments plus tard il sentait qu’il lâchait un gros paquet, et Gérard le sentait évidemment : « Sale chieuse ! Ce n’est pas possible, tu n’as déjà plus aucune honte ? Deux jours après ton arrivé tu n’as même pas honte de remplir ta culotte pendant que ta maitresse te regarde ? Et bien on va voir si tu n’as vraiment plus aucune fierté. Venez, mettez ceci. »

Gérard lui tendait une salopette courte en jeans et Antoine, qui avait été inquiet pour la suite, était un peu rassuré, et enfilait vite la salopette. Les jambes serraient autour de ces cuisses et quand il attachait les bretelles, il aimait le sentiment  que la salopette tenait en place la grosse couche rempli de merde et de pisse. Il souriait timidement à Gérard. Celui-ci éclatait de rire : « Et en plus il aime ça ! Alors ça va, on a assez perdu de temps. Puisque je t’attendais je n’ai pas pu faire les courses. Alors voici une liste de choses que je voudrais que tu ailles chercher au supermarché que je t’ai montré ce matin. Antoine, réalisant tout de suite ce que cela signifiait, protestait les larmes aux yeux. Mais Gérard était impitoyable : « Cesse ta comédie, t’es une sale chieuse, tu le sais très bien, et t’aimes t’exhibitionner comme tel, tu l’as bien montré la tantôt. » Antoine protestait toujours, mais Gérard lui donnait une gifle dans la figure : « Grouille-toi sale chieuse. Si non tu peux faire ta valise et rentrer chez ta maman et vivre ta solitude habituelle » Les larmes coulaient maintenant sur ses joues, mais Antoine prenait le billet avec les courses et l’argent que Gérard lui tendait et se tournait pour partir. Gérard le retenait et lui tendait un sweater : « Mets-ça au- dessus de ta salopette, ce sera plus discret. » Toujours retenant ses larmes Antoine enfilait le sweater et à sa grande surprise Gérard sortait un mouchoir de sa poche et lui essuyait la figure, en le donnant  une claque sur le derrière : « Voilà, ça c’est une bonne petite chieuse.  A tout de suite ma belle ! »

Noémie était encore sous le choc quand elle sortait à la rue. Mais tout de suite elle savait que se promener à la rue avec sa couche lourde de pisse et de merde, qui tenait bien en place grâce à la culotte en plastique et la salopette,  l’excitait énormément et il sentait comment son membre se gonflait de nouveau à l’intérieur de sa protection.

Evidemment il avait toujours peur de ce qui allait arriver au magasin. Est-ce que les gens sentiraient qu’il avait chié dans sa culotte ? Il regardait la liste des courses. Elle n’était pas bien longue mais il réalisait que certains objets allaient être difficiles à trouver. Spécialement dans un magasin dans lequel il n’était jamais rentré auparavant.

Il n’y avait pas beaucoup de monde et il rencontrait presque tout tout de suite. Néanmoins il était conscient des regards dégoutés qui se posaient sut lui et il avait hâte de sortir. Mais il y avait un item, le papier sulfurisé,  qu’il n’arrivait pas à trouver. Il hésitait  à rentrer sans mais il n’osait pas décevoir Gérard. Prenant son courage en deux mains il s’adressait à un membre du personnel qui se mettait à expliquer ou ça se trouvait, mais s’interrompait en plein phrase. L’homme reniflait fortement en regardant autour de lui, puis posait son regard sur Noémie, pour lui adresser une question directe. « Vous avez un souci ? ». Noémie ne savait pas comment réagir, et rougissant il répondait : « Euh, oui, je ne trouve pas le papier sulfurisé » L’homme le regardait incrédule, puis baissait son regard vers son bassin : « Je crois que vous avez eu un accident. Vous avez chié dans votre short? «  Antoine de plus en plus perdu, devenait écarlate et bégayait : « Euh, oui, .., euh  non, ce n’est pas grave, je porte de couches. » C’était le tour pour l’employé d’être perdu. Avec une figure ou dégout et compassion se mélangeaient il indiquait le rayon ou se trouvait le fameux papier sulfurisé. Antoine le remerciait et se hâtant dans la direction indiqué était soulagé d’y trouver tout de suite l’objet recherché. Mais ce n’était pas la fin de son cauchemar.

Il y avait des files de plusieurs personnes à chaque caisse. Il remarquait qu’il y avait une file pour les gens qui avaient achetés moins que 10 objets et il se mettait dans cette file-là. Tout de suite les gens autour de lui se mettaient à regarder autour d’eux et certains mettaient un regard interrogateur sur lui. A deux reprises quelqu’un se mettait derrière lui, pour aussi tôt disparaitre vers une autre file.  A un certain moment il y avait une mère avec deux enfants, de 8, 10 ans, qui se mettait derrière lui pendant plusieurs minutes. Presque toute de suite les enfants commençaient à commenter à haute voix que ça puait, et puis tous les trois partaient à une autre caisse en retenant leurs rires. Antoine sentait comment de loin ils continuaient à le regarder et à donner des commentaires en étouffant de rire. Quand c’était son tour la caissière, une jeune fille avec un beau regard et un sourire engageant, le regardait de la même manière que son collègue l’avait regardé avec un mélange de dégout et de pitié. Mais au moins elle ne demandait rien. C’était l’expérience la plus humiliante de sa vie et c’était un immense soulagement de se retrouver à la rue quelques minutes plus tard. Mais il était surpris de constater que l’expérience l’avait excité. Il sentait son arme dressé dans sa couche sale et il ne pouvait pas résister à mettre sa main entre ses jambes et à frotter sa bite à travers le short et la couche. Presqu’aussitôt ses genoux se mettaient à trembler et avant qu’il réalisait ce qu’il faisait il éjaculait en plein rue. Quand il se calmait il regardait autour de lui et était soulagé de voir que personne ne l’avait regardé pendant qu’il se masturbait.

Rentrant à la maison il était fâché sur Gérard mais en même temps il espérait que quand il rentrerait celui-là allait de nouveau le sodomiser. Le fait de se masturber ne l’avait pas calmé, au contraire, il avait maintenant trop envie de faire profiter son maitre du paquet dans sa couche en se faisant pénétrer. Il imaginait Gérard qui l’attendait. Il enlèverait tout de suite la salopette et la culotte en plastique, les laisserait tomber sur ces chevilles, et  puis présenterait son derrière à son maitre. Celui-ci arracherait la couche, lourde de merde, et la prendrait. Noémie se mettait presqu’à courir, tellement qu’elle avait hâte de s’offrir, et de se faire traiter de sale chieuse.

A la maison il se dépêchait à la cuisine ou Gérard était en train de cuisiner. Sans attendre il laissait tomber la salopette par terre comme il avait prévue. Mais Gérard l’arrêtait nette : « Héla sale chieuse !  Pas dans la cuisine quand même ! Tu pues. Va-t’en, va te changer! » Noémie, surprise et triste, obéissait. A contre cœur elle montait dans sa chambre ou elle enlevait la sale couche et prenait une douche.

Après la douche elle inspectait enfin le contenu de son armoire et était consolé par ce qu’elle trouvait. Elle essayait plusieurs tenues, les unes encore plus excitantes que les autres. L’envie de se faire prendre par Gérard n’avait pas diminué, au contraire, et donc elle décidait pour une tenue sexy : une petite chemisette type « babydoll » en voile rouge, une petite culotte à dentelle et une porte jarretelle assorties, avec des bas également rouges. Son membre était dressé et il avait du mal à le rentrer dans la culotte, mais quand il s’admirait dans le miroir il était ravi. Il avait trouvé également du rouge à lèvres dans son armoire qu’il n’hésitait pas à mettre. Pour terminer son look il mettait des chaussures noires à haut talon.

Quand il rentrait dans la cuisine, dandinant sur ses talons, Gérard éclatait de rire : «mais regarde ça, une vraie pute ! » Noémie était ravi par cette remarque et rayonnait : « Oui je suis ta pute, tu m’entretiens et en échange je me donne à toi, tu peux me prendre comme tu veux, quand tu veux. » Elle s’approchait de Gérard voulant l’embrasser mais l’homme l’arrêtait : « Oui, oui, bien sûre, mais pas maintenant, on va d’abord manger. » Noémie hésitait une fraction de seconde mais puis décidait de ne pas se laisser s’arrêter. Elle s’approchait de son maitre, prenant la ceinture de son pantalon, se mettait à l’ouvrir, pendant qu’elle se penchait vers lui et plantait une bise sur ses lèvres. Gérard, pris par surprise, sentait comment sa bouche se couvrait de rouge à lèvres, que son pantalon s’ouvrait et que sa bite gonflait dans la main de son esclave.

Mais il se remettait vite de sa surprise et prenant un pas en arrière, s’essuyait la bouche avec une main, tenant Noémie à distance avec l’autre « J’ai dit qu’on allait d’abord manger salope». Noémie, paralysée par la déception le regardait avec des grands yeux tristes : « Tu n’es pas obligé  de m’aimer, mais s’il te plait, laisse-moi te donner  du plaisir, être ton trou. S’il te plait vient te satisfaire en moi. Je veux juste que tu t’amuses avec moi, être ton jouet. ». Gérard la regardait d’un air contrarié : « Sale menteuse ! Tu ne penses pas à moi, mais à ton propre plaisir. T’as envie que je te fasse souffrir avec mon arme, parce que t’es une petite masochiste. Eh bien non, si tu veux me donner du plaisir met toi à genoux et suce moi. » Noémie le regardait tristement, mais, les larmes coulant sur ses joues, elle se mettait à genoux et prenait le membre de son maitre en main et se mettait à le lécher. Très vite  elle entendait et sentait que Gérard venait. Elle savait que bientôt Gérard allait vouloir mettre sa bite dans sa bouche pour éjaculer. Mais elle sentait aussi que son maitre se retenait pour faire durer le plaisir et cela l’inspirait. Caressant toujours le membre avec une main elle se redressait et prenait avec l’autre main le paquet de beurre et appliquait soigneusement le beurre sur la bite de son homme.

Gérard comprenait tout de suite son intention et Noémie sentait un peu d’hésitation, mais quand elle le regardait elle était rassurée de voir un sourire sur sa figure. Encouragé, elle l’embrassait sur la bouche. Cette fois-ci Gérard ne se retirait pas et répondait le baiser. Noémie, maintenant tout à fait en charge, détachait la porte jarretelle de ces bas sans s’arrêter d’embrasser son maitre. Puis elle faisait un petit pas en arrière et enlevait sa culotte. Gérard la regardait toujours en souriant  et, reprenant l’initiative, la prenait par la main et la guidait vers le salon où il montrait le gros tapis: « Couche-toi sur ton dos, sale pute ! » Noémie, surprise mais excité par cet ordre, exécutait tout de suite. Gérard, brandissant son arme, s’agenouillait devant elle : « Ouvre tes jambes en monte-les ». De nouveau elle n’hésitait pas et tout de suite elle sentait le gros corps de Gérard avancer entre ses jambes  avec l’arme qui pénétrait dans son trou. Gérard ne perdait pas de temps et poussait son épée complètement dans lui. Elle hurlait de mal. «C’est ce que tu voulais non ? »  La pauvre avait à peine le temps de soupirer que oui, c’était ce qu’elle voulait, quand elle sentait la bite donner des coups rythmiques loin en lui.  Regardant la figure de son amoureux elle était surprise de l’intimité, et du sentiment de complète soumission que cela provoquait. Elle se sentait tout à fait féminisé et cela lui donnait un immense bonheur. Oubliant le mal elle soupirait de bonheur. Elle était vraiment devenue la pute de Gérard et cela était le nirvana.

Ce soir quand Antoine se mettait au lit – avec une couche bien-sûre, il ne pouvait déjà plus s’imaginer d’aller dormir sans protection – il repassait sa journée dans sa tête, et il était heureux. Il adorait son école et ses nouveaux amis, l’ expérience humiliante de faire des courses avec sa couche rempli de caca avait été le point bas, mais en y repensant il se rendait compte combien cela l’avait excité au point de se masturber en plein rue, et puis, avoir été prise, couché sur son dos, par son maitre avait été le moment suprême de sa vie. Il avait pleuré de bonheur (et de mal).

Mais soudainement il se souvenait de la menace de le faire aller à l’école avec une double couche. Déjà avec une simple couche il craignait d’être découvert par ses nouveaux amis, alors l’idée d’une double couche était horrifiante. Il n’arrivait plus de sortir de sa tête l’idée que Gérard allait l’obliger de porter une double couche à l’université et il dormait mal.

Au matin il descendait à la cuisine portant la jolie, petite chemise de nuit avec laquelle il avait dormit. Elle était trop courte pour couvrir la couche mouillé qui pendait entre ses jambes, mais il pensait que c’était mignon, et que Gérard allait certainement aimer. Arrivant à la cuisine il était déçu de la trouver vide. Il préparait le café et prenait son petit déjeuner seul. Quand il remontait pour aller se changer  Gérard n’était toujours pas là.  Antoine hésitait à ne pas mettre de couche mais il était déjà trop accroc au sentiment de la couche qu’il changeait d’idée et en mettait une. Puis il se hâtait à sortir avant que Gérard n’arrive et l’oblige à mettre une double couche.

Ce fut une autre journée splendide. Le groupe d’amis était de plus en plus soudé, et ils ne s’amusaient rien qu’à être ensemble. En plus c’était maintenant évident que Kathy lui prêtait une attention particulière. Elle cherchait tout le temps sa compagnie et le taquinait sans cesse – de sa timidité, son accent méditerranéen, ses attitudes provinciaux – mais sans méchanceté. C’était seulement la deuxième fois de sa vie qu’une fille lui prêtait de l’attention et inévitablement il tombait amoureux de la joyeuse Kathy, bien qu’il n’en fût pas encore conscient.

Ce soir quand il rentrait Gérard l’attendait de nouveau et le faisait chier dans sa couche pendant qu’il regardait, puis lui faisait mettre la salopette courte et l’envoyait de nouveau au supermarché avec une nouvelle liste de courses. A son horreur il voyait que Gérard avait mis un paquet de couches jetables sur la liste. Au magasin il était tout de suite reconnu par le personnel, et quand il se dirigeait à la caisse, avec le grand paquet de couches dans la charrette,  prenant soin de ne pas aller chez la même jolie caissière du jour précédant, il voyait comment elle le regardait de loin en chuchotant avec une collègue. Il tournait la tête en rougissant, pour regarder droit dans les yeux de la vieille caissière qui faisait juste passer les couches en dessous du scanner. Elle le regardait avec un regard éberlué pendant quelques secondes, puis elle indiquait les toilettes près de l’entrée : « Tu pourras te changer dans les toilettes », puis se dépêchait à continuer à enregistrer ses courses.

De nouveau Antoine se sentait horriblement humilié mais de nouveau ça l’excitait étrangement et il se dépêchait à rentrer pour pouvoir se masturber en tranquillité, préférant ça à l’éjaculation rapide en plein rue du jour précédant. Mais quand il rentrait et voulait s’enfuir vers sa chambre Gérard le retenait. Il lui mettait son collier de chien et le menait par la lainière vers le jardin ou il l’attachait à un crochet qui était fixé au mur « Une sale chienne chieuse comme toi n’a pas de place à l’intérieur. T’es vraiment dégoutante. Et t’as l’air d’aimer ça en plus. »  Antoine était époustouflé. Il y a deux jours Gérard l’avait violé avec sa couche plein de merde, et maintenant il prétendait être horrifié. Il décidait de ne pas se faire intimider, et regardant son maitre dans la figure il répondait qu’il aimait en effet avoir une couche plein de merde. Gérard avait l’air d’être satisfaite par la réponse. « Ça t’excite non ? » De nouveau Antoine acquiesçait. « Je suis sûre que t’aime te masturber dans ta couche puante.» Antoine, toujours défiant, l’admettait. « Alors, vas-y montre-moi ça. »  Antoine n’avait pas besoin de plus d’encouragement et mettait ses mains sur son entre jambes et voulait se mettre à frotter son pénis raide à travers ses habits et la couche. Mais ce n’était pas comme ça que Gérard voyait la chose. Il l’arrêtait et l’ordonnait à enlever la salopette, puis à se mettre sus ces genoux et à plonger une main dans la culotte en plastique par derrière, à prendre une grosse poignée de merde et puis d’introduire la merde dans la couche par devant et de se mettre à caresser son membre en le couvrant de la masse muqueuse et puante. Suivant ces instructions il se mettait à haleter toute de suite et s’asseyait sur ses jambes pliées en dessous de lui, toujours avec ces deux mains enfoncées dans sa couche, frottant sa bite. .

Après quelques minutes il s’arrêtait et regardait timidement Gérard qui l’avait observé tout le temps. Antoine était satisfait de constater une grosse bosse dans le pantalon de Gérard Bien que celui-ci ne l’aurait pas admis il jouissait du spectacle du jeune homme qui s’humiliait devant lui en se masturbant dans une couche rempli de merde. Antoine sentait une certaine fierté, et bien qu’il sache que c’était mieux de ne pas le montrer, il ne pouvait pas s’en empêcher. Gérard le remarquait et décidait donc de continuer le jeu.

« Mais regarde-moi ça. Dégoutante, elle est dégoutante la cochonne ! Fière d’avoir jouit  dans une couche rempli de sa propre merde. T’aimes la merde, t’aimes l’odeur de la merde ? Et bien on va voir si t’aimes aussi le gout. Sors tes mains de ta couche et nettoie les, c’est trop dégueu de te regarder en train de te masturber dans de la merde.» Exécutant l’ordre Antoine regardait un instant ses mains couvertes de caca,  hésitait une seconde avant de les nettoyer à son shirt. Mais Gérard l’arrêtait : « Non pas comme ça cochonne, lèche-les ; je suis sûre que tu vas aimer ça ! » De nouveau Antoine hésitait mais puis, haussant ses épaules, mettait ses doigts en bouche.  Gérard, à moitié étonné,  le regardait pendant quelques instants et puis, en le prévenant qu’il reviendrait tout de suite, le quittait.

Quand Gérard revenait Antoine l’attendait avec des mains plus ou moins propre, toujours assise sur sa couche sale. Gérard avait apportés des menottes et menottait les mains d’Antoine sur son ventre et les attachait à son collier, puis sortait une grande poêle rouillé de l’armoire ou il gardait des ustensiles de jardin, et le mettait devant le nez d’Antoine. « T’as faim ? » Antoine réalisait que cette question n’était pas innocente, mais il n’avait jamais su mentir, et il hochait donc la tête.

Gérard mettait des gants en plastique et ouvrait la poubelle de déchets organiques, d’où sortait une odeur nauséeux. , « Regardons ce que nous avons de bon pour notre petit cochon ? » Gérard plongeait ses mains dans la poubelle et en sortait quelques feuilles fanées de laitue qu’il tendait vers la bouche de sa victime. Antoine, horrifié, se retournait la tête. « Ah tu n’aimes pas ça ? Voyons ce qu’on trouve de mieux ? » Gérard déposait les feuilles dans la poêle, et replongeait dans la poubelle.  Pour en sortir  deux tomates à moitié pourri et moisie. Il les déposait également dans la poêle et retournait une dernière fois dans la poubelle. Il devait chercher un peu plus long temps mais après quelques instants il trouvait ce qu’il cherchait ; trois os de côtelettes de porc. Après avoir déposé les os rongés du repas du jour précédant auprès des légumes, il versait le contenu d’une petite boite d’haricots blancs qu’il avait apporté de la cuisine dans le récipient et, prenant la poêle vers le robinet de terrasse, ajoutait une bonne quantité d’eau. Il mélangeant tout avec un manche de  brosse et déposait le mélange devant Antoine : « Voilà ma cochonne, ton repas est prêt. Bon appétit »

Une fois seul Antoine était éberlué, scandalisé et triste. Le voilà attaché à une lanière, les mains attaché à son cou, portant une culotte en plastique rempli de merde. Il admettait que tout ça l’excitait, et qu’il l’avait cherché. Mais devoir manger des déchets qui sortaient d’une poubelle puante, ça jamais! Gérard exagérait. Cela suffisait et  il lui dirait. Il essayait de se détacher les mains ou au moins la lanière, mais en vain et devait donc se résigner à attendre le retour de son bourreau. Mais il se faisait noir et Gérard n’était toujours pas revenu.

Antoine avait faim mais évidemment, pas question qu’il allait toucher ce mélangé aux légumes pourris. Encore plus que faim il avait soif. Il essayait d’atteindre le robinet mais n’y arrivait pas. Il regardait la poêle ou la nourriture flottait dans un fonds d’eau. Cédant à sa soif il se penchait en avant et avalait quelques gouttes du liquide. Mouiller ses lèvres faisait du bien, donc il prenait une gorgée plus grande. Le liquide était assez salé mais pas mauvais. En buvant il avait avalé également quelques haricots. Cela le  rappelait sa faim, et il décidait de manger les haricots – elles sortaient d‘une boite fraichement ouverte – mais de ne pas touches les tomates, les feuilles de salade, ni les os de porc.

Il plongeait sa bouche dans le liquide  et essayait d’avaler le plus possible de haricots tout en évitant de toucher les morceaux de tomates et les feuilles de salade. Néanmoins de temps en temps il y avait une feuille de salade qui rentrait dans sa bouche. Les premières fois il la ressortait aussitôt mais, ne goutant rien de mal, après il les avalait également. Quand sa plus grande faim était saturée il s’arrêtait, constatant avec un peu de honte, que la poêle était pour trois quart vide.

Réalisant que Gérard n’allait pas revenir, il s’installait pour la nuit, étalant par terre une couverture sale qui trainait dans le coin de la terrasse. Couché sur le sol dur, les mains attachées à son collier, sa couche remplis de merde il n’arrivait pas à s’endormir. Après une heure la soif était de nouveau très forte et reprenant la poêle il buvait de nouveau. Il savait que le liquide salé n’allait pas étancher sa soif, néanmoins cela faisait du bien de boire. Et puis, voyant les os dans le fond de la poêle, ayant de nouveau  faim, il prenait un os en main, et se mettait à ronger les bouts de graisse accroché.  Après avoir rongé les 3 os, il prenait la poêle en main et léchait les dernières traces de nourriture.

S’enveloppant dans une deuxième couverture il s’endormait finalement. Mais quelques heures plus tard se réveillait avec des crampes dans le ventre. Il résistait quelques minutes mais puis lâchait une nouvelle cargaison dans sa couche. Probablement sous l’effet de la nourriture pourrie il avait une diarrhée forte et le restant de la nuit avait des spasmes dans le ventre l’obligeant de complètement vider ses intestins.

Quand le matin Gérard venait à la terrasse il se mettait à rire constatant la poêle vide : « mais, il a tout mangé ! Un vrai cochon. Allez ça suffit, va te laver sale chieur. » Antoine, tout honteux  se mettait debout, mais sa couche était tellement lourde qu’il devait prendre le bord de la culotte en plastique pour éviter que tout descendait. Il faisait quelques pas dans la direction de la maison tenant sa culotte par devant quand Gérard l’arrêtait : « Stop, tu ne sais pas rentrer ainsi, tu vas tout salir.» Regardant vers le bas le pauvre garçon  voyait les trainées de merde qui coulaient le long de ses jambes. Gérard l’obligeait à se mettre en plein milieu du jardin, de se déshabiller et puis le nettoyait à l’aide du tuyau d’arrosage.

Quand il était rincé Gérard l’enveloppait dans un drap de bain,  et le prenant par la main, le conduisait en haut ou il laissait couler un bain. Après ce qui lui était arrivé pendant la nuit se faire laver par son maitre remplissait le garçon de bonheur. Gérard le soignait gentiment appliquant copieusement une crème anti érythème fessier.  Cela faisait du bien et c’est seulement à ce moment qu’Antoine réalisait à quel point ces fesses étaient irritées.

Une fois bien langé il enfilait la petite robe de nuit et ils redescendaient pour aller prendre le petit déjeuner. Gérard le prenait de nouveau entre ses jambes et lui présentait une pilule contre la diarrhée qu’Antoine avalait  immédiatement parce qu’il avait été préoccupé de devoir aller à l’école avec les intestins dérangés.

 « Pourquoi t’a mangé cette bouffe pourrie, mon ange ? Parce que c’est moi qui te l’a donnée ? » Noémie le regardait avec ses grands yeux et hochait timidement  la tête. Gérard lui souriait : « Tu ferais n’importe quoi si je te le demande ? » De nouveau Noémie hochait la tête. Gérard lui serrait dans ses bras : « Je savais que tu allais être la parfaite soumise ! »

Noémie reposait sa tête sur l’épaule de son maitre et soupirait de bonheur. Gérard la caressait les cheveux : « Peut-être que tu ferais mieux de rester à la maison aujourd’hui ? » Noémie réfléchissait une seconde, l’idée était en effet tentant, mais puis elle se souvenait que Kathy avait dit qu’ils allaient planifier leur week-end aujourd’hui. Elle se redressait et répondait qu’elle préférait aller à l’école. Quand Gérard s’étonnait elle expliquait la raison, ce qui ne plaisait pas à son maitre, mais celui-ci ne montrait pas son irritation.

A l’université Antoine passait de nouveau une journée formidable. Il était de plus en plus amoureux de Kathy, et – bien qu’il avait du mal à le croire- il commençait à réaliser qu’elle aussi éprouvait des sentiments pour lui. Quel bonheur !

Le soir il rentrait encore plus tard que d’habitude puisqu’il était vendredi et il avait fêté le début du week-end en prenant quelques drinks supplémentaires avec les copains. Ils avaient convenus de se voir tous ensemble pour sortir en boite le samedi soir. Antoine était préoccupé de la réaction de Gérard, aussi bien concernant son retard que concernant la sortie prévue pour le lendemain. Et  II s’attendait bien sûre à devoir aller au supermarché avec sa couche souillé.

Grande était sa surprise de trouver un Gérard habillé en femme et tout gentille. Il portait une robe noire, moulante, longueur mi-cuisse, au-dessus de bas noirs opaques. La robe, aux manches longues, lui allait à merveille. L’ensemble était complété par une perruque acajou coupé en carré et un  maquillage discrète. Antoine était bouche-bé en voyant cette créature, belle, élégante, souriante.

Voyant son regard surpris et émerveillé, Gérard le prenait dans ses bras et l’embrassait sur la bouche. Pour la première fois Antoine s’abandonnait et répondait le baiser avec passion. Gérard se penchait vers son oreille : « Alors elle te plait ta belle Elise ? »  Noémie répondait en embrassant sa maitresse avec encore plus de passion. Mais celle-ci  se séparait d’elle : «Ce soir on fait la fête, toi et moi. OK ? » Noémie en admiration devant Elise murmurait à peine audible : « Ok. » « Alors monte vite te changer mon ange, j’ai préparé tes habits sur le lit. »  Noémie ne se laissait pas prier une deuxième fois et se lançait dans l’escalier.

 Mais quand elle voyait ce qu’Elise avait sorti elle était déçue.  Elle voulait se faire sexy, mais ce qu’elle trouvait était une sorte d’uniforme d’école : une jupe « kilt » bleu-vert avec un chemisier et des bas blancs, et un pull bleu marin à encolure V. Heureusement qu’il y avait également une belle perruque blonde, aux cheveux mi- longues. Et quand elle mettait la jupe Noémie était ravie de constater que la jupe était très courte, révélant ses jambes lisses. Autre consolation était la belle petite culotte rose aux bords brodés. Pas de couche ce soir.

Elle était sur le point de descendre quand Elise rentrait dans sa chambre, et la prenait de nouveau dans ces bras : « Mais qu’elle est jolie ma petite écolière ! Viens, je vais t’apprendre à te faire encore plus jolie. », et la prenant pas la main, l’emmenait à l’autre bout du couloir pour rentrer dans la chambre de maitre. C’était la première fois que Noémie rentrait dans la chambre et elle était enchantée par un intérieur de design moderne, simple et fonctionnel,  mais très chaleureux, employant beaucoup de bois clair. Elise lui indiquait de s’asseoir sur une chaise devant un petit bureau sur lequel se trouvait un grand miroir. Elle-même disparaissait dans la salle de bains annexe pour en ressortir immédiatement tenant un tabouret en main, et s’installait à côte de sa protégée.

Elise lui enlevait la perruque et mettait une serviette autour du cou de sa protégée. Noémie comprenait qu’elle allait avoir droit à un maquillage professionnel et était toute excitée. La première chose à faire selon Elise était l’épilation des sourcils. Avec une sorte de gros crayon une crème était appliquée sur la partie inférieure et supérieure des sourcils, et puis une fois la crème séchée, Elise arrachait soigneusement poil par poil pour ne laisser qu’une ligne fine. Après elle montrait comment mettre du fond de teint, un peu de rouge sur les joues, comment noircir les cils et les sourcils,  et finalement un rouge à lèvres presque transparent, mais qui avait néanmoins l’effet d’accentuer ses lèvres. Puis elle remettait la perruque qu’elle coiffait avec un petit frou-frou et un bandeau.  Noémie n’en revenait pas. Jamais elle n’avait cru qu’elle puisse être aussi jolie.

Les deux amoureuses descendaient main dans la main. En bas Noémie découvrit la belle table mise avec de la porcelaine élégante, argenterie et verres de cristal. Quand Elise allumait les chandelles la pièce devenait féerique. Ensuite sa belle maitresse la donnait du vernis à ongles et suggérait qu’elle se soigne les mains pendant qu’elle-même s’occupait du diner.

Noémie découvrit que se peindre les ongles était plus difficile qu’elle n’aurait pensé, mais elle adorait, trouvant cette activité même érotique. Une fois terminé, elle rejoignait Elise à la cuisine, soufflant sur ses doigts et agitant ses mains pour faire sécher le vernis comme elle avait souvent vu faire sa mère. Elise était enchantée par la façon tout à fait naturelle que Noémie se laissait féminiser. Elle l’embrassait en la caressant en dessous de sa petite jupe d’écolière, sentant le membre de sa compagne gonfler et déborder de la petite culotte. Elle souriait, mais d’une manière privé, comme si le fait de découvrir une bite dressé chez sa compagne était son petit secret personnelle.

Elles passaient à table et Noémie était surprise de voir les assiettes joliment présentés dont dégageait uns odeur exquise. Cela pourrait être les assiettes d’un restaurant culinaire. Mais avant de s’attaquer à leur repas Elise présentait un petit cadeau à sa compagne. Noémie était éblouit. Jamais elle ne c’était trouvé dans une situation tellement enchanteur : le cadre romantique,  la belle table, les assiettes exquises, elle-même se sentant plus jolie qu’elle ne l’avait jamais été, auraient suffi pour lui donner un sentiment de bonheur absolu. Mais en plus elle était le centre des attentions de sa belle maitresse. Les larmes aux yeux elle s’empressait d’ouvrir le petit paquet.

Elle en sortait un ravissant petit collier de perles multi-couleurs, qu’elle essayait tout de suite à se mettre. N’ayant pas l’habitude de fermer une fermeture de collier elle n’y arrivait pas tout de suite et Elise venait à son aide. Une fois le collier mis Noémie courait pour aller s’admirer dans un miroir. Elle trouvait que ça lui allait trop bien et toute heureuse elle se jetait au cou de sa maitresse pour la remercier.

Quand le plat principal – plat aussi succulent que l’entrée – fut servi Elise présentait un autre cadeau. Cette fois ci c’était une collection de 4 ou 5 bracelets dans les mêmes couleurs que les perles du collier. De nouveau Noémie était émerveillé.

Au dessert, autre assiette aux couleurs et aromes attractives et variés, Elise donnait un troisième cadeau. Noémie, qui maintenant s’y attendait un peu, prenait le paquet avec le même enthousiasme que les deux précédents. Mais quand elle ouvrait la petite boite et découvrit à l’intérieur une bague en argent, avec un petit diamant montée en solitaire au centre d’un petit cœur, et remarquant  la maque Tiffany marqué sur la boite, elle comprenait que ce troisième cadeau avait une vrai valeur. Emue, elle ne savait pas comment réagir. Elle voulait sortir la bague de la boite mais Elise l’arrêtait, prenait elle-même la bague, et en prenant la main de Noémie dans la sienne, s’apprêtait à glisser la bague au doigt annulaire de la jeune fille. Mais avant de le faire elle l’adressait la parole sur un ton sérieux : « Tu connais la signification de ce genre de bague ? » Avant que Noémie puisse réagir elle continuait : « C’est une bague de fiançailles. Cela veut dire que tu affiches publiquement que tu n’es plus libre, que tu t’es promise à quelqu’un. Je voudrais que tu la portes toujours, que tu n’enlèves plus jamais. Tu crois que tu peux faire ça ? »

Noémie avait tout de suite compris la signification de la bague. Elle avait eu une petite pensée pour Kathy, mais emportée par l’ambiance de la soirée, et un peu étourdit par le vin qu’Elise avait servi tout au long du repas, elle n’hésitait pas: « Oh oui, mon amour je sais faire ça ! » Elise glissait la bague sur le doigt de sa fiancé, et Noémie sautait sur ses pieds et jetait ses bras autour du cou de sa tortureuse : « Maintenant je t’appartiens complètement ».

Après s’être embrassé long temps Elise la prenait entre ses jambes et elles mangeaient leurs desserts ainsi enlacées. Quand Elise avait terminé son assiette elle glissait sa main en dessous de la jupe de sa compagne et avec un sourire malicieux  sortait sa bite de la petite culotte et la caressait. Noémie, poussant de petits cris d’extase, ne tardait pas à venir et à éjaculer dans la main de sa maitresse. Celle-ci se léchait la main en remarquant que c’était aussi bon que le dessert, et puis annonçait qu’elle avait encore un cadeau.

Noémie, surprise,  empressait d’ouvrir le nouveau petit paquet. Quand elle découvrit ce qu’il y avait dedans elle poussait un cri qui manifestait son sentiment partagé entre l’excitation et l’horreur : c‘était un dispositif de chasteté ! Gérard voyant sa réaction mitigé mettait son bras autour de ses épaules : «Tu voulais m’appartenir ? Te voilà servie mon amour. ! » Antoine devenait tout rouge. Il avait fantasmé de se trouver dans cette situation, mais maintenant que c’était vrai il avait peur. Gérard comprenant ce qui se passait dans la tête du jeune homme, savait qu’il ne pouvait pas laisser rentrer le doute. Il prenait la main de Noémie et la tirait debout : « Viens que je mette ton petit oiseau dans sa cage. » Sans attendre une seconde Gérard lui mettait sa cage de chasteté, en mettant la clef à une chaine autour de son cou, l’entrainait vers l’escalier : « Cette nuit  tu dors dans mon lit. » Noémie, toujours ambivalent concernant les dernières développements, était un peu consolée par cette invitation, et suivait docilement sa maitresse.

Dans la chambre Elise aidait Noémie à se déshabiller et lui tendait une petite chemise de nuit romantique, blanche en broderie anglaise, avec des bretelles à volants. Noémie, qui avait gardé sa perruque, se regardait dans le miroir et elle  était ravie. Elle en oubliait que son arme était mise en cage, et mettait automatiquement sa main entre ces jambes. Juste au moment que sa main touchait la cage il sentait son membre se heurter contre les parois. Il gémissait de mal, mais Elise, faisant si elle n’avait rien vu ni entendu,  demandait qu’elle se couche sur son dos. Noémie, faisait comme demandée, en ouvrant et levant ses jambes, pour recevoir l’épée de Gérard. Celui-ci ayant enlevé ses habits et sa perruque, se présentait sous sa forme d’homme virile et dominant.

Noémie, toute fière d’appartenir à ce beau mâle, s’abandonnait à lui. Son petit oiseau enfermé dans sa cage faisait mal, mais le sentiment d’immense satisfaction et de bonheur de s’abandonner à son homme, de le recevoir loin en lui, compensait ce petit désagrément. Quand Gérard c’était vidé en lui, il l’embrassa en la félicitant, et puis, sachant qu’elle avait mal, la consolait en assurant quelle apprendrait vite de ne plus avoir des érections quand son oiseau était dans sa cage, qu’elle serait bientôt totalement fille.

Puis Gérard soignait tendrement ses fesses et lui mettait une couche pour la nuit. Noémie, heureuse,  s’endormait dans les bas de son amour.

En plein nuit il se réveillait en sursaut. Il avait rêvé que Kathy lui avait déclaré son amour. Essuyant les larmes de sa figure Il soupirait. C’était trop tard. Il  regardait le monstre magnifique à qui il appartenait dorénavant et soupirait une deuxième fois. C’était mieux ainsi. Il savait qu’il était fait pour être une petite soumise.

 

–       A suivre  –